8.6.10

Sharia4Belgium: apories, mensonges et Cie!


Le contexte: lors d'une brillante interview réalisée par Mehmet Koksal, le journaliste expert ès diversité à Bruxelles, le groupe Sharia4Belgium s'est illustré par une série de propos tous plus outranciers les uns que les autres, suscitant interrogations, peurs et incompréhension, surtout auprès de nos concitoyens non musulmans, mais aussi au sein de la population musulmane. Bien que n'ayant aucune envie de perdre mon temps à commenter les propos de tels individus, en tant que musulman engagé, je ne pouvais pas laisser des affirmations aussi gratuites qu'erronées sans réponse. D'autant qu'à l'heure où je rédige ce texte, le compteur de Youtube indique déjà plus 130 000 visualisations de cette vidéo ce qui est énorme. Essai de démontage.



Mise en garde: le langage modéré, c'était pour l'introduction. Là, j'ai vraiment envie de faire dans le trash et de me défouler. Trop de "dégoûtage" comme diraient mes amis algériens! Que les âmes fragiles dont le pudibondimètre serait branché sur "sensible" s'abstiennent de lire la suite…



Aaaaah comme je suis heureux! Heu-reux ! L'islam de Belgique a enfin trouvé des comiques à la hauteur, avec dans le duo de têtes à claques les inénarrables "Abu Fariz" et "Abu Imran", qui viennent de remporter haut la main le concours des jeunes musulmans les plus "décalés" de leur génération. Avec, à la batterie, le Britannique Anjem Choudhaury qui nous a livré toute la profondeur de sa pertinente analyse de l'islam - "Tout est positif dans l'islam: couper les mains des voleurs, lapider les adultères et châtier les homosexuels".


Là, on peut dire que l'on a eu un résumé (lapidaire, bien sûr) de notre belle religion. Je ne sais pas pour vous, mais moi j'aurais attendu quelque chose comme "Tout est positif dans l'islam: la spiritualité, l'humilité, l'amour de l'autre et le partage"… Mais non, l'essentiel de l'islam, c'est son apparat répressif médiéval! Avec des crétins de cet acabit débitant de tels stéréotypes sur leur propre religion, ma foi, franchement, je comprends que les islamophobes aient les chocottes quand ils entendent de pareilles déclarations. Allez prétendre après cela que l'islam veut dire "paix" et n'incite qu'à la coexistence pacifique... 25 secondes de concentré d'une telle sidérale imbécillité cybernétique suffisent à réduire à néant le travail de terrain de gentils péquenots comme nous qui croyons en un avenir meilleur pour l'humanité fondé sur le respect de la vie, des autres, et des opinions différentes.


Contrairement à ce qu'affirme ce type, quand j'entends des propos pareils, j'aurais tendance à considérer que, à la réflexion, l'islam ne serait finalement peut-être pas aussi parfait qu'il ne le prétend: il n'a pas prévu de châtiment corporel pour ceux qui débitent de pareilles sornettes. Puisque certains s'amusent à me prêter le rôle de mufti (si, si, je vous assure, je prends du grade!), j'aurais bien envie de faire une fatwa sur la licéité de couper la langue de ces énergumènes… Attention, ne me tentez pas!


Mais revenons à nos artistes!


Abu Bidule - euuh… Fariz* - nous assène: "On a parlé de choses dont les autres imâms de Belgique ne parlent pas… La démocratie, c'est le kufr (la mécréance). Quand tu votes, tu ne restes plus musulman".


Trois phrases. Un chef d'oeuvre. Il n'y a pas à dire, il est doué ce petit. Dire autant d'âneries en si peu de mots, il faut être fortiche…


Démontons donc! Contrairement à ce que dit notre comique, qui prouve par là qu'il ne doit pas souvent mettre les pieds à la mosquée - un comble pour quelqu'un qui se profile comme vrai musulman - nombreux sont les imâms qui parlent de la nécessité pour les musulmans de participer activement à la vie de leur cité, de leur pays, en particulier en utilisant les droits que leur confère leur citoyenneté belge. Je ne compte plus les prêches du vendredi au cours duquel des imâms, de toutes origines, ont insisté sur la participation politique des musulmans, pas seulement lors des élections, mais aussi au quotidien, au travers d'un engagement social au service de la communauté. Premier mensonge de Sharia4Belgium.


Deuxième mensonge: "La démocratie, c'est le kufr". Ah bon? A part dans les écrits de quelques "savants" minoritaires qui fondent leurs propos sur des interprétations biaisées de l'histoire de la civilisation musulmane - même pas du Coran ou de la sunna, puisque la démocratie n'était tout simplement pas à l'agenda à l'époque - sur quoi base-t-il son affirmation péremptoire? Sur rien! Il ne fait qu'ânonner ce qu'on lui a dit de répéter. Du vent, rien que vent. Pour une bonne et simple raison, le Coran ne se préoccupe pas de la gouvernance politique de la Cité. Ce n'est pas son propos. Il est là pour donner des clés pour arriver au Paradis et s'éviter l'Enfer. A l'instar des autres musulmans, les dirigeants sont exhortés à la justice, à la bienfaisance, au respect des autres, à la magnanimité… C'est l'essentiel de la doctrine coranique du pouvoir. Le Coran ne dit pas un mot sur le système politique de gouvernance, susceptible de changer à tout moment de l'histoire et Dieu sait que l'humanité a subi en la matière du pire au moins mauvais au cours de son existence.


"Oui mais le califat!" va-t-on m'objecter… Ben, justement, le califat "politique" n'est pas une doctrine coranique. Dieu a institué l'Homme comme calife sur la Terre nous dit le Coran. Il ne s'agit pas là d'un système de gouvernance, mais de la responsabilité de prendre soin de cet univers mis à notre disposition par notre Seigneur. Point final. A ce titre, chaque être humain, homme ou femme, musulman ou non, est calife de Dieu sur Terre.


Je m'étonne toujours du peu de méditation que font nos brillants exégètes "califistes" de la vie de leur soi-disant modèle, Muhammad - sur lui la paix. Dieu n'a pas voulu qu'il ait d'enfants mâles, évitant dès lors les inévitables guerres de successions qui n'ont pas manqué de fleurir avec la génération des disciples, des "califes politiques" précisément. Pas de tentation dynastique, pas de concentration de pouvoir, pas de capitalisation patrimoniale… En cohérence avec le message même de l'islam en quelque sorte, au contraire de ce que toute l'histoire califale n'a eu de cesse de démontrer.


Enfin, le Prophète s'est obstinément abstenu de désigner un successeur pour éviter toute sanctification ultérieure du modèle qu'il aurait pu indiquer. Dieu a donc tout fait pour laisser les hommes se débrouiller quant au choix de leur modèle de gouvernance.


Et qu'ont fait les premiers musulmans à la suite du décès de leur Prophète? Ils ont utilisé le principe coranique de la "shûrâ" (consultation/prise de décision par consensus ou à la majorité) pour choisir un successeur parmi eux. Un embryon de démocratie en vérité: c'est le "peuple" qui a choisi son dirigeant, pas Dieu lui-même - ou en quelque sorte, si, si l'on s'inscrit dans une version déterministe de l'histoire. En élisant leur dirigeant de la sorte, les premiers musulmans ont réalisé, accompli, la Volonté de Dieu dans l'histoire. Sous cet angle, tout dirigeant est toujours choisi par la volonté de Dieu, même "Yves Leterme ou Freddy Tielemans" pour reprendre les propos de nos imposteurs de Sharia4Belgium…


Troisième mensonge: "Quand tu votes, tu ne restes plus musulman". Même en n'admettant rien de ce que je viens de dire, une seule chose peut faire sortir un musulman de sa communauté de foi: la négation publiquement confirmée, en état de possession de toutes ses facultés intellectuelles, du fait que Dieu existe et que Muhammad soit Son Prophète. Tout le reste relève de la relation intime entre chaque individu et Dieu.


Il n'appartient aucunement à cet enturbanné à barbichette, genre taliban à deux balles, de se prononcer sur l'islamité ou non de ses semblables qui voteraient ou s'adonneraient à toute autre activité. Bien au contraire, il commet lui-même une hérésie gravissime en se permettant de tels jugements à l'emporte pièce à l'égard de ses semblables sur la qualité de leur foi et de leur rapport à Dieu. Plus même, ne s'agit-il pas en l'espèce d'un des pires dangers identifiés par les spirituels musulmans, à savoir le shirk khâfî, l'associationnisme caché, consistant à associer de manière subreptice quelque chose à Dieu en dépit de l'apparente orthodoxie du discours? En l'espèce, Abu Fariz s'assimile à Dieu en s'appropriant des prérogatives qui n'appartiennent qu'à Lui, telles que la détermination du degré de foi et de piété d'un individu justifiant son appartenance ou non à une communauté de croyants particulière. Une fois de plus, Sharia4Belgium s'illustre par des propos éminemment dangereux qui remettent en question des dogmes essentiels de l'islam alors que ce groupement prétend, paradoxalement, revêtir les oripeaux d'une orthodoxie intransigeante.


Je continue la citation: "La démocratie, ça n'a rien à voir avec l'islam, c'est le peuple, mais nous, on dit que les lois sont créées par Allah. On ne peut pas voter".


Là, on a le droit au cliché majeur de la "hâkimiyya" (la gouvernance divine) pour les nuls. Que du bonheur! Comme je l'ai déjà montré plus haut, le principe même de la démocratie, à savoir la consultation et la prise de décisions collectives, à la majorité, par des pairs, est consubstantiel à l'islam - son principe de réalisation au travers du concept de shûrâ n'étant qu'une variation sur ce même thème. Oui, dans la démocratie, c'est le peuple qui gouverne par l'intermédiaire de ses représentants élus qui prennent leurs décisions notamment en fonction de certains critères éthiques et moraux. Par définition, la démocratie n'interdit par la référence à une éthique religieuse particulière dans le processus de formation des décision, mais en aucun cas, Dieu ne gouverne directement. Dans la hâkimiyya façon Abu Fariz, toutes les lois auraient une origine divine.


Poussons le raisonnement un peu loin pour les simples d'esprits qui seraient tentés par ce genre d'approches réductrices: le code de la route? Dans le Coran! Le droit international? Dans le Coran! Les Accords généraux sur le Commerce et les droits de douane? Dans le Coran! Les normes de sécurité sur le lieu du travail? Dans le Coran! Les normes architecturales et urbanistiques? Dans le Coran! Le droit commercial? Dans le Coran! Le droit du travail? Dans le Coran! Le droit de la pêche? Dans le Coran!… Et la liste pourrait s'allonger encore et encore! Si l'on n'avait pas la démocratie pour définir, adapter et décider de ces milliers de pages de textes législatifs produites chaque année et qui régulent notre vie au quotidien, je crois que l'on tomberait un peu court avec le Coran pour seul outil dans une société aussi complexe que la nôtre!


Etant donné que Sharia4Belgium et autres groupuscules du même acabit recrutent rarement chez les diplômés de Sciences Po ou en Administration des Affaires, on ne peut pas vraiment leur en vouloir d'avoir une compréhension simpliste de nos sociétés modernes globalisées. En fin de compte, on aurait presque pitié de leur naïve ignorance, les braves garçons. Il n'en reste pas moins qu'aborder la gestion d'un état moderne sur base de la "hâkimiyya" démontre la déconnection totale de ces gens du monde dans lequel ils vivent et c'est extrêmement préoccupant!


Ceci étant, le meilleur de la clique, c'est quand même le splendide Fouad Belkacem a.k.a Abu Imran - tout droit débarqué du désert de la péninsule arabique, en habaya et kéfié, comme les vrais! Je m'attendais à voir brouter son dromadaire au détour d'un chemin du cadre rupestre où Sharia4Belgium faisait sa mise au vert.


Déjà, le vocabulaire: tout droit sorti du lexique des polémistes médiévaux! Monsieur Belkacem n'a pas des concitoyens non-musulmans: il fréquente des kuffâr, des mécréants, texto! Merci pour eux! Le ton est donné! Cela en dit long sur la grille de lecture de notre société par M. Belkacem.


Un extrait truculent: "On ne demande pas pour porter le niqâb! On porte le niqâb, on porte le hijâb! [...] M. Tielemans, apprêtez-vous à déménager, car, nous, les musulmans, on est venu ici pour rester et l'islam est venu ici pour dominer".


J'aurais aimé que M. Belkacem commence par appliquer ses propres recommandations. Oui, oui! Portez le hijâb, ou même mieux, le niqâb! Ce serait une excellente idée et ne gâcherait rien au plaisir, plutôt que de parler honteusement au nom de femmes musulmanes que l'on envoie au front tout en restant prudemment à l'arrière. Ca, ce serait faire preuve de courage plutôt que de fanfaronner complaisamment face à la caméra. A la rigueur, si M. Belkacem est à cheval sur les principes, il pourrait décider, à titre de solidarité, de rétablir le port du turban qui, dans le fiqh classique qu'il doit certainement maîtriser sur le bout des doigts, est d'un degré aussi élevé dans la hiérarchie de la norme que le hijâb… On attend des actes, M. Belkacem, pas que du vent!


En écoutant la suite de son propos, je me suis dit: "Ah, enfin un point positif! Ils ont compris que c'était ici chez eux!" C'était avant d'entendre la phrase suivante. Je résume en gros l'éthique musulmane façon Belkacem: "Tu m'invites dans ta maison, je m'y installe, après je t'impose mes règles et tu te casses si ça te plaît pas, mais moi je reste". Avec des propos pareils, les racistes n'ont même plus à se forcer pour trouver des arguments pour salir les musulmans, ils peuvent compter sur des imbéciles communautaristes pour faire ce travail à leur place. Moi, je propose de faire une liste électorale Vlaams Belang-Sharia4Belgium. Il y a de l'avenir! Notre cher ami, d'origine maghrébine, devrait, une fois de plus, méditer sur l'histoire. Les Européens ont fait l'essai en sens inverse, il y a déjà quelques temps d'ici. On a appelé ça la colonisation. Et ils se sont faits bouter hors de ces pays manu militari. On n'impose pas à un peuple une culture, une religion contre son gré. Ce qui était vrai là-bas, l'est ici également.


Effectivement, les pieux ancêtres auxquels aime se référer M. Belkacem avaient en effet eu l'intelligence de comprendre cela quand ils étendirent en quelques générations leur empire du Nord de l'Espagne aux portes de la Chine: pas d'imposition de force d'une religion dominante pour éviter révolte et retour de flamme. Pendant longtemps, les musulmans restèrent minoritaires dans un empire géré par des fonctionnaires et des élites non-musulmanes respectées pour leurs connaissances et leur expertise. Encore heureux que le Prophète n'a pas eu le même discours quand il est arrivé à Médine, sinon l'aventure de l'islam aurait tourné court.


Sous son discours de militant islamiste de salon, M. Belkacem ne fait qu'entraîner les musulmans dans une stratégie de confrontation dont ils sortiront les grands perdants. Quatrième mensonge de la série, plus grave encore, car il vend de l'illusion.


Par contre, la perle des perles, surtout à la lumière des événements en Méditerranée de la semaine dernière, c'est la déclaration suivante: "On va conquérir ce pays, in shâ'a Llâh, on va faire de la Belgique un état islamique et on va partir de la Belgique en Palestine in shâ'a Llâh pour la libérer et, à partir de là, conquérir le reste des terres pour faire dominer l'islam, la sharia et le califat".


Waaaw! Il faut arrêter de fumer la moquette M. Belkacem, cela ne vous réussit pas! A côté de ça, le projet du "Grand Moyen Orient" de l'Administration Bush, c'était de la roupie de sansonnet. On a affaire à des pros! Des vrais! Des gens qui ont une "istratejiyya" qui va faire des ravages! Comme le Prophète, ils mettent patiemment en place les éléments, les asbâb, avec une étude minutieuse de la situation, avant de se lancer dans l'aventure avec la bénédiction de Dieu, 'alâ bârakati Llâh! La Belgique tremble sur ses fondations. La garde autour du palais royal et du parlement a été renforcée, la police est en alerte rouge et Israël n'a plus de degré assez élevé pour indiquer le taux de menace. Sharia4Belgium va libérer la Palestine après avoir conquis Bruxelles! Mais comme il est malin M. Belkacem! Lui, il a une istratejiyya, il ne va pas prendre le risque de sortir de son "islamisme en pantoufles" pour aller s'engager concrètement pour apporter des biens de première nécessité à Gaza et risquer "bêtement" sa vie comme tous ces kuffâr occidentaux qui ne souhaitent que la libération du peuple palestinien et qu'il méprise! Non, non, non! Il travaille de l'intérieur de l'Europe pour libérer la Palestine! A mon avis, je crois que les ultra-sionistes auront le temps de détruire vingt fois la Mosquée Al-Aqsâ avant de voir arriver la flottille triomphante des navires Fisher Price de M. Belkacem venir la délivrer de leur emprise… Avant d'aller conquérir le MONDE, bien sûr!


Ben Laden et le Mollah Omar sont relégués au rang d'amateurs! La réincarnation de Salah al-Dîn al-Ayyûbî (Saladin) est parmi nous! Tremble ô Occident chrétien, croisé et impie! L'heure de ta fin est proche! Le délire total! Le Shaykh al-Islâm Ibn Taymiyya a pourtant énoncé des fatwas sans appel à l'encontre de ceux qui consomment des substances hallucinogènes. De toute évidence, M. Belkacem ne les a pas lues. Et si jamais il était sobre en vérité, alors le fiqh classique recommande la réclusion en bimâristân pour cause de folie définitive...


Par contre, il faudra qu'il m'explique comment militer pour la conquête de la Belgique ainsi que l'établissement du califat, ce ne serait pas faire de la politique - tout en profitant des vertus de la démocratie impie pour répandre de tels discours toxiques, faire du buzz et tenter de rallier des gens à sa cause. Là est l'aporie fondamentale de M. Belkacem et sa clique de dangereux rêveurs: comment être anti-système en étant dans le système et en profitant à donfe de ce dernier - et donc en niant l'essence même du message que l'on prétend porter. En d'autres termes, M. Belkacem démontre avec brio qu'en vérité, la démocratie est bien le meilleur - ou le moins mauvais - des systèmes car il permet la "réflexion" (c'est presqu'une insulte dans ce contexte), voire la propagande à son propos, tandis que le califat sauce Belkacem aurait certainement collés au gnouf depuis et pour longtemps les démocrates impudents qui auraient eu l'affront de faire une telle propagande pour leurs idées…


Enfin, une dernière pour la route: "Les frères ne doivent pas vivre avec l'idée que l'on doit vivre en-dessous (= sous la domination) de ces gens-là (= les mécréants), de demander avec politesse - l'islam nous donne la vérité".


Vous avez raison M. Belkacem, ne demandez rien! Arrachez la satisfaction de vos revendications, et si possible en étant arrogant, avec l'impunité de ce celui qui croit que tout lui est dû. Vous irez loin! Quand vous vous dégriserez de votre coma islamiste, vous réaliserez peut-être que vous n'êtes pas du bon côté du rapport de force, quand bien même seriez-vous convaincu que l'islam vous donne la vérité.


Vous méditerez peut-être plus sereinement la vie de celui que vous prétendez être votre modèle, le Prophète, que vous trahissez pourtant à chaque instant par vos propos dédaigneux, votre attitude insultante et votre mépris de vos semblables qui ne pensent pas comme vous. Vous réaliserez peut-être que quand il arriva à Médine, avec 13 ans de Révélation derrière lui, et bénéficiant d'un contact régulier, direct, avec la Transcendance qui aurait pu lui donner tous les droits en ce monde, il s'est comporté non pas en conquérant, mais en ami, en égal, dans l'humilité, sans demander rien à personne, mais en travaillant dur pour le bien de tous, musulmans comme non musulmans, sans revendications déplacées et hors contexte, en partageant les coutumes des Médinois et non pas en imposant les siennes, en faisant rayonner son message par sa pratique exemplaire, son sens de la justice et du devoir pour la cause de tous, sans préférence pour sa petite communauté, sans chercher à conquérir ni à s'imposer par le glaive.


Le Prophète était un Coran qui marche, rapportait de lui son épouse Aicha pour signifier à quel point il était l'incarnation vivante de son éthique et de ses valeurs. Quand je vois Sharia4Belgium, je n'ai face à moi qu'une portion de verset, estropiée et claudiquant. On est loin, très loin, des idéaux prophétiques et coraniques.


Laissons donc Sharia4Belgium à sa médiocrité, à son besoin de faire stupidement du buzz pour se donner l'illusion de l'existence et de l'importance et laissons l'histoire engloutir cette aberration dans le tumulte de l'écume des jours. Ils ne méritent pas un kopeck de plus. Et votez - utile - ce dimanche!


(*Pour l'anecdote, se surnommer "Abû quelque chose", c'est une vieille tradition anté-islamique que les "islamo-gugusses" aiment utiliser pour se donner de l'importance et faire plus "islamique". Signe de respect lié à l'âge et l'expérience, c'est à mourir de rire utilisé dans le cas présent. Pour info, les Frères Musulmans ont longtemps adoré ce style de politesse un peu emprunt, mais bon, c'est largement passé de mode chez eux, alors qu'ils l'utilisaient à bon escient).

3 commentaires:

Godefroi de bouillon tiède a dit…

Ouuuuh la, ça bastonne! Je dirai même ça Liège-Bastonne-Liège! Un jeune sage m'a dit un jour ne donne pas l'occasion aux prédicateurs de la haine d'attirer l'attention sur eux et de te répondre. Mais quand la bêtise prend un peu trop ses aises, il faut tailler dans le vif pour respirer un peu. Margarita ante porcos c'est le risque. Servir votre finesse argumentative -fusse cette fois ci en vous départissant de votre calme légendaire- à une tripoté d'illuminés qui, Masha'Allah, vont établir les programmes de recherches de nos universités et nos horaires de piscines quand ils auront conquis Bruxelles et le Parlement européen, c'est trop d'honneur pour eux Mr Privot.
Y'a t-il une différence avec des mouvements sectaires dans le sens classique du terme? Ils sont souvent des excroissances dimorphiques du tronc abrahamique.

Je relève également une idée brillante de publication, qui tirera certainement vers le haut vos maigres émoluments d'auteur payé au lance-pierre (pierres que, soit dit en passant vous pourriez revendre à ces messieurs pour l'usage qui sied...): "La Hakimyia pour les Nuls". Succès assuré, dans un camp comme dans l'autre. Allé, laissons-les dialoguer ensemble, nous perdons notre temps...

Je fais mienne la leçon sus-citée du jeune sage, qui, figurez-vous, est de confession musulmane. Comme quoi...

feijenp a dit…

Bonjour, excusez moi pour ce hors-sujet mais certains vous attribuent un livre sur le voile islamique. Avez-vous écrit un tel livre ou alors s'agit-il tout simplement d'une question abordée dans votre livre-dialogue avec Tarek Obrou?

Michael Privot a dit…

Cher feijenp,

Ne vous excusez pas, rien n'est jamais très éloigné de tout en matière d'islam.

Je n'ai en effet jamais écrit de livre sur la question du voile islamique, même si je dois dire que l'idée m'en a certes effleuré l'esprit.

Vous trouverez certains éléments de ma position sur ce blog, notamment dans le post suivant (http://xxiv-35.blogspot.com/2009/09/commission-des-sages-2004-retour-sur-le.html).

Par contre, oui, Cédric Baylocq et moi-même avons eu l'occasion de "cuisiner" Tareq Oubrou sur cette question dans notre ouvrage commun "Profession Imâm" (Albin Michel, 2009), dont je ne peux, évidemment, que vous recommander chaudement la lecture.

Bien à vous

Zuhal Demir: Ministre-éducatrice de rue et le regret dans les yeux

Zuhal Demir , désormais "ministre-éducatrice de rue" de la conscientisation et de la pédagogie contre le racisme, qui préfère rece...