18.3.15

Commission Marcourt: un très mauvais signal?

Ce mercredi 18 mars, le ministre de l'Enseignement supérieur et des Médias Jean-Claude Marcourt  a lancé officiellement sa commission "chargée de faire des propositions en vue de favoriser le développement et la reconnaissance d'un islam moderne en Fédération Wallonie-Bruxelles", selon une dépêche Belga.

Si l'on peut se féliciter de la présence de profils intéressants au sein de la Commission qui peuvent faire espérer de l'obtention de quelques résultats intéressants, ou à tout le moins d'éviter les écueils les plus flagrants inhérents à ce genre d'exercice, il n'en reste pas moins que les premiers éléments publics de la feuille de route confiée à cette Commission sont loin d'être encourageants.

Alors que le projet porte bien sur la reconnaissance d'un "islam moderne en FWB", le Ministre Marcourt souhaite déjà voir "émerger l'équivalent en Fédération de l'institut du monde arabe à Paris". 

Source: content.time.com(c)
Sans rigoler !!! Le Ministre Marcourt a-t-il des informations spécifiques qui lui permettent d'affirmer que l'IMA a joué un rôle quelconque dans le développement et la reconnaissance d'un islam moderne en France? Il est affligeant de constater que le porteur politique du projet peine encore à faire la différence entre arabité, culture arabe et islam. 

Si l'IMA joue indéniablement un rôle culturel de premier plan sur la scène parisienne, il n'est jamais intervenu sur la formation, l'encadrement, le développement d'un islam de France. Une méprise qui en dit long. 

On espère que que la volonté du Ministre Marcourt ne se limite pas à l'érection à moyen terme d'un beau joujou architectural sur lequel il pourra apposer une plaque commémorative à sa gloire personnelle, mais ne sera d'aucune utilité pour le projet visé. 

Autre sujet d'inquiétude, la dépêche Belga rapporte qu'il "entend expliquer sa démarche auprès des ambassadeurs du Maroc et de Turquie dont il sollicite le soutien. "L'ambition est de permettre à la deuxième et troisième génération ainsi qu'aux convertis de prendre leur destin en main"". 

Vous avez bien lu: solliciter le soutien. Le Maroc et la Turquie pourrissent le dossier de l'islam de Belgique, avec la complicité bienveillante de tous les ministres en charge des Cultes, de gauche, de droite et centristes (ainsi que de leurs gouvernements) qui se sont succédés depuis 1974. Le meilleur moyen d'enterrer tout projet de réforme, ou d'émergence d'un islam belge, c'est bien de donner un droit de regard (pour ne pas dire de préemption) sur le projet, au travers d'un soutien de la Turquie et du Maroc - soutien qui sera loin d'être sans contrepartie. Le nouvel Exécutif des Musulmans de Belgique n'est d'ailleurs que le résultat d'une "entente cordiale" à huis clos entre le Maroc, la Turquie et la Belgique, réalisée dans le dos des musulmans de Belgique, dégoûtés et démotivés par les années de tractations, de guerre de tranchées qui ont mené à cet équilibre où chacun préserve ses prébendes et ses "droits de tirage" sur ses communautés diasporiques respectives.

Pour être bien sûrs de ne rien laisser au hasard, un vent favorable  nous rapporte qu'un accord tacite existerait entre "Marocains" et "Turcs" au sein de l'EMB pour que l'actuel président, M. Smaïli, cède sa place à mi-mandat pour un "Turc". Bravo l'islam de Belgique. 

Mais le Ministre Marcourt n'a pas peur d'enfiler les contradictions, démontrant sa profonde maîtrise du dossier: à l'heure où les 2ème et 3ème G sont de moins en moins enclines à prêter allégeance au pays d'origine de leurs parents en matière de culte, le Ministre Marcourt va demander le soutien de ces derniers pour aider ces 2ème et 3ème G de prendre leur destin en main - ainsi que les convertis! Mais qu'est-ce que nous avons à faire de la façon dont ces pays organisent leur islam, ou encore de leurs recettes inadaptées à notre réalité ? 

De la même manière, il semblerait que le Ministre Reynders soit intéressé par la formation des imâms au Maroc, comme modèle de modération et de sagesse, pour lutter contre la radicalisation. Quelqu'un l'a-t-il informé que plus de 3000 Marocains, supposément encadrés par leurs imâms sociologues et bienveillants, ont déjà rejoint Daesh? Que l'essentiel du contingent des jihadistes européens (en tous cas pour la France, la Belgique, les Pays-Bas) sont issus des communautés d'origine marocaine (etmaghrébines), supposément encadrées également par des imâms formés "au bled". Comme c'est rassurant. 

Ces éléments démontrent à quel point la perception politique de la problématique est en décalage avec les réalités et les besoins du terrain. Je fais voeux que la "Commission Marcourt" ne confirmera pas ces généralisations à l'emporte-pièce et qu'elle saura être véritablement indépendante, productrice de recommandations fortes, en rupture avec cette approche "romantique" du futur de l'islam de Belgique. 

On a déjà perdu 2 générations, on ne peut pas se permettre d'en perdre une troisième!

PS: Par contre, un petit tour du côté de l'Indonésie (la plus grande démocratie pluraliste à majorité musulmane), cela ne ferait pas de mal... Là, pour le coup, on trouve des initiatives intéressantes qui pourraient inspirer adéquatement les réflexions de nos décideurs.

Aucun commentaire:

Comment se réapproprier le Ramadan ? Quelles sont les options de jeûne disponibles ?

(Mise à jour le 5/6/17: ajout des notes (3) et (4)) Depuis 2015 en particulier, le mois de Ramadan correspond avec les journées les plus ...