2.12.09

Courrier des lecteurs en réponse à l'Echevin responsable des cultes

Le contexte: la Ville de Verviers ayant choisi de ne pas soutenir l'organisation de l'abattage rituel à l'occasion de la commémoration du sacrifice d'Abraham ce vendredi 27 novembre 2009, les musulmans souhaitant sacrifier un mouton ou autre animal étaient sensés se rendre à l'abattoir de Droixhe (Liège) avec lequel un accord avait été passé (distance: +/- 25 km).

L'Association des Musulmans de Verviers et de l'Arrondissement (AMVA), représentant la majorité des mosquées de la ville et interlocutrice des autorités communales, avait fait passer ce message au travers de ses différents relais. Manifestement pas au goût de tout le monde...

D'où une interview de l'Echevin responsable, M. Pierre Moson, paru dans
Le Jour Verviers le 26 novembre 2009:

VERVIERS

Des amas de carcasses de mouton ?

L'Aïd el-Kebir, fête du sacrifice chez les musulmans , a lieu ce vendredi. Des centaines de ménages devront se déplacer à Liège.

Le message ne serait pas très bien passé auprès d'une partie de la communauté musulmane de Verviers. « Ce matin, cinq personnes sont venues me trouver pour dire qu'elles ne savaient que faire », expliquait hier l'échevin des Cultes, Pierre Moson (MR). Les moutons seront abattus, ce vendredi 27, mais à Liège. Pour rappel, l'ancien abattoir de Verviers est désormais impropre, si l'on peut dire, à la pratique de ce sacrifice. « Le service technique s'est rendu sur place avec les représentants de la communauté musulmane. C'est un constat, tout simplement. Il y avait des boîtiers électriques abîmés, des conduites d'eau arrachées. C'était bien trop dangereux d'aller à cet endroit pour la communauté musulmane » . C'est donc aux abattoirs de Liège, à Droixhe, que les Verviétois devront se rendre. « Il semble que tous ne soient pas d'accord, mais ils n'ont pas le choix. Il est interdit d'abattre les animaux chez soi. On ne pouvait pas faire autrement. Ce n'est de toute façon pas à la ville de financer un éventuel abattoir mobile. Ce n'est pas notre rôle » .

Le risque n'est-il pas de voir fleurir des carcasses de mouton dans certains endroits de la ville ? Autrement dit, de nombreux ménages ne vont-ils pas éviter de se rendre à Liège et pratiquer l'abattage à domicile ? « C'est interdit, rappelle Pierre Moson. Je compte quand même sur chaque personne pour faire preuve de civisme. Dans deux semaines, nous allons aborder au conseil communal la création d'une parcelle multiconfessionnelle au cimetière de Verviers. Ce serait quand même dommage que certaines personnes ternissent l'image de la communauté musulmane alors que la ville fait preuve d'ouverture à leur égard » . Le message semble clair. B.H.

Fin de l'interview...

En réponse à cette prise de position, j'ai envoyé un courrier des lecteurs au Jour Verviers, que ce dernier a accepté de publier ce mercredi 2 novembre - nous l'en remercions (même si le titre n'est pas de nous):

VERVIERS

« Pierre Moson, ne mélangez pas tout ! »

Fête du sacrifice et parcelle multiconfessionnelle, des propos de l'échevin MR font réagir un musulman.

Se qualifiant de « citoyen verviétois de confession musulmane », Michael Privot réagit à l'article « Des amas de carcasses de mouton » de ce 26 novembre. « M. Moson (NDLR : échevin MR de Cultes) dénonçait à juste titre les pratiquants musulmans qui auraient été tentés de ne pas respecter la législation en vigueur en matière d'abattage rituel lors de la célébration du sacrifice d'Abraham » « Nous ne pouvons que lui donner raison et l'encourager encore à mettre toutes les mesures en place pour renforcer le respect de la loi. Il convenait donc que les musulmans respectent les dispositifs mis en place pour ce cas particulier, ce qu'ils ont fait dans leur grande majorité Cependant, nous nous interrogeons profondément sur le fait que M. Moson ait mentionné l'impératif du civisme de nos concitoyens musulmans en mettant en balance le passage du dossier de la parcelle multiconfessionnelle devant le Conseil Communal du 14 décembre. L'ouverture dont ferait preuve la Ville selon M. Moson - après des années de négociations difficiles et de tergiversations électoralistes et budgétaires sous différentes majorités - reste donc modérée.

En effet, la Ville - presque toutes tendances politiques confondues - donne l'impression d'avancer à reculons, alors que les musulmans ont constitué une force de proposition, ont géré ce dossier avec discrétion, patience et grand professionnalisme. Le passage en Conseil est la suite logique de cette bonne collaboration, nombre de musulmans attendent de voir la concrétisation de ce projet intégrateur et pluraliste depuis de longues années. Mais il ne peut s'agir en la matière d'accepter un quelconque chantage. Mais mettre en balance quelques cadavres de mouton et les dépouilles de concitoyens verviétois de confession musulmane ainsi que leur avenir post-mortem est particulièrement choquant pour tout honnête homme. Ne juge-t-on pas une civilisation à la façon dont elle traite et respecte ses défunts et leurs rites funéraires ? Nous attendons que M. Moson traite le dossier de la parcelle multiconfessionnelle de façon sensible, efficace, respectueuse, et indépendamment de tout autre dossier qui pourrait concerner la communauté musulmane. Il en va de la bonne gouvernance locale et du sens de l'intérêt général. Dans le cas présent comme pour le futur. »

Michael Privot
Citoyen verviétois de confession musulmane

Aucun commentaire:

Zuhal Demir: Ministre-éducatrice de rue et le regret dans les yeux

Zuhal Demir , désormais "ministre-éducatrice de rue" de la conscientisation et de la pédagogie contre le racisme, qui préfère rece...